Pulsation du Tonnerre

Dans Genshin Impact, il existe un grand nombre d’armes pouvant être obtenues dans les différentes bannières de vœux. L’une de ses armes est un arc nommé “Pulsation du Tonnerre”. Cette fiche vous permettra de tout savoir de l’arme en question afin de vous aider à en optimiser l’utilisation.

Un arc long qui était un cadeau de la Shogun. Il crépite d’éclairs qui ne tariront jamais.


⭐⭐⭐⭐⭐ Pulsation du Tonnerre

Augmente l’Attaque de 20~40 %, et confère la puissance du sceau du tonnerre. 1/2/3 charges de sceau du tonnerre augmentent respectivement les Dégâts des attaques normales de 12/24/40 ~ 24/48/80 %. Le personnage peut obtenir 1 charge de sceau du tonnerre dans chacune des situations suivantes :

si son attaque normale inflige des Dégâts, il obtient une charge de 5 secondes ;
s’il utilise sa compétence élémentaire, il obtient une charge de 10 secondes ;
si son énergie élémentaire est inférieure à 100 %, il obtient une charge qui disparaît lorsque l’énergie redevient pleine.

La durée de chaque charge est calculée indépendamment.

  • Type d’arme : Arcs
  • Nom Anglophone : Thundering Pulse
  • Statistique secondaire : Dégâts Critiques
  • Attaque de base : 46 à 608
  • Bonus de dégâts critiques : 14.4% à 66.2%

L’arme “Pulsation du Tonnerre” est un arc uniquement disponible depuis le système de vœux. Il n’est pas impossible que celle-ci soit offerte comme récompense d’événement ou de quête un jour, mais pour l’instant, le hasard déterminera si vous pouvez l’avoir ou non.

Si vous souhaitez absolument vous procurer l’arme en question, la meilleure manière reste d’attendre une bannière de vœux unique vous offrant 50% de chance de l’avoir. Autrement, vous avez toujours une petite chance de l’obtenir chaque fois que vous faite un vœux sur la bannière de vœux permanente.

Pulsation du Tonnerre

Cet arc, crépitant de tonnerre, conserve son éclat malgré avoir été trempé dans une épaisse obscurité. Lorsque le désastre vint d’une mer lointaine, c’était autrefois l’arme préférée d’un grand épéiste. Dans sa jeunesse, il a erré dans les montagnes, et il y a fait un pari avec un Tengu qu’il a rencontré. Il misa son corps jeune et fort contre un arc offert par la Shogun.

Quant à la nature du pari en question, il ne s’en souvenait que parfois, lorsqu’il était ivre. Mais à l’aube, il avait cumulé trois victoires et trois défaites… Son conflit avec le Tengu s’était soldé par une égalité. Donc, du côté des mauvaises nouvelles, il avait été pris comme serviteur par le Tengu. Mais d’un autre côté, il avait remporté cet arc inégalé.

« Voyez, Konbumaru. Ceci est l’archerie tengu. Regardez et apprenez ! » On lui a donné ce surnom plutôt ridicule, mais finalement, il a été témoin de sa technique. Planant à travers les nuages sans entraves, déclenchant des éclairs avec chaque tressautement de la corde de l’arc… C’était une vraie danse de la mort, sans réserve. Féroce et imprévisible, élégante et magnifique…

De nombreuses années plus tard, il n’était plus un garçon à tout faire, et il avait appris à la fois le tir à l’arc et l’escrime. Il a été référé au Shogunat par une lettre de recommandation de son maître impatient. Au cours des années sous le commandement de la Shogun, ses compétences martiales se sont considérablement améliorées, et il s’est fait de nombreux amis et ennemis. Hélas, ses envies effrénées d’errance et de voyage n’avaient pas changé. Au contraire, avec le grand arc tengu, il devint encore plus intrépide.

« Que direz-vous d’un pari cette fois-ci, oui Hmm… Eh bien, d’accord. Cet arc sera ma mise. » «Je parie sur l’arc le plus puissant du monde que je reviendrai ici vivant. » «Je vais vous le confier pour le moment. Si moi, Takamine, je perds notre pari, vous pourrez ainsi garder l’arc. » « Après tout, Asase, vous avez hérité de l’essence de mes techniques de tir à l’arc. Vous pourrez en faire bon usage. » « Mais, si je gagne… »

Lorsque le désastre s’est abattu depuis la mer lointaine, le samouraï et la prêtresse obstinée ont fait ce pari. Ils parièrent sur son retour sain et sauf de l’Abîme, avec l’arc accordé par la Shogun en jeu.

Lorsque le venin sombre s’est enfoncé profondément sous la terre et que la paix est revenue, l’épéiste, lui, n’est pas rentré. L’arc accordé par la Shogun fut donc remis à la prêtresse, un prix bien amer… Plus tard, dans la forêt où la Kitsune Saiguu n’apparaîtrait plus, au lieu de rendez-vous promis, l’homme solitaire, qui était revenu de l’Abîme en trébuchant, retrouva finalement sa prêtresse, bien que la jeunesse avait quitté cette dernière. Ses yeux ternes tachés de sang séché et de larmes ont retrouvé leur éclat, mais avaient été transpercés d’une flèche dentelée qui brillait légèrement.

Guide à venir.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :